Il est difficile de décrire l’impact qu’a eu cette voiture lors de sa présentation : 286 chevaux dans une berline familiale, c’était du jamais-vu ! En installant le moteur de sa M1 sous le capot de sa Série 5, BMW a créé un fabuleux précédent.

Nous sommes en juin 1981 et BMW présente la Série 5, nom de code E28. Son regard de requin affamé, ses moteurs à 6 cylindres en ligne (jusqu’à 184 chevaux !) et son comportement sportif en font la berline la plus dynamique du marché. Mais cela ne saurait suffire au Bavarois qui entrevoit un fabuleux potentiel dans cette voiture. En 1984, la marque présente la M535i, équipée d’un moteur de 3,5 litres. Avec une puissance de 218 chevaux, elle constitue une offre très sportive sur le marché.

Plus, c’est mieux !

Un an plus tard, la marque frappe encore plus fort en installant le moteur de son coupé M1 sous le capot de cette berline. Ce 6 cylindres en ligne de 3,5 litres profite d’une magnifique culasse à double arbre à cames en tête et à 24 soupapes, ce qui lui fait développer quelque 286 chevaux. Ainsi parée, cette M5 première du nom promet des performances insensées pour l’époque : 6,5 secondes au 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe de 245 km/h ! Il fallait une Porsche ou une Ferrari pour rouler plus vite à l’époque !

Ces performances sulfureuses étaient doublées d’une finition très luxueuse. Assemblées à la main, ces voitures étaient dotées d’un équipement à la pointe pour l’époque, avec des sièges électriques, la climatisation, une stéréo évoluée, du cuir à tous les étages…

Aujourd’hui

Chère et arrivée en fin de vie du modèle, la M5 E28 n’eut pas un grand succès : on parle de moins de 2.200 exemplaires produits. Voilà qui explique sa cote soutenue aujourd’hui : de 20.000 à 30.000 € pour un exemplaire en très bel état. Les versions américaines, moins puissantes (252 ch) et affublées de gros pare-chocs, cotent moins.

Voiture fiable si bien entretenue, la M5 était l’archétype de la dévoreuse d’asphalte. Ce qui explique les kilométrages souvent très impressionnants des modèles sur le marché aujourd’hui. Pas de panique, si l’entretien a été suivi dans les règles de l’art, cela ne doit pas faire peur. Le 6 cylindres est en effet solide, mais il réclame un entretien très suivi et qui n’est pas à confier au premier garagiste venu ! Enfin, comme toujours, inspectez minutieusement la carrosserie et vérifiez bien le fonctionnement de tous les gadgets électriques.

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.